A venir …
17.02—19.06.2022
Des Natures
Exposition de Charles Coturel, Anaëlle Clot, Pauline Julier, Robert Torche
Ferme des Tilleuls, Renens

De quelle nature est notre relation à la nature? Pas un seul jour sans que les médias, les forums, les réseaux sociaux ne brandissent les bannières du changement climatique, exhortant à une responsabilité écologique citoyenne sinon attention, ça va vraiment chauffer.

Au centre toujours l’humanité, autour toujours la nature.
Jamais vraiment ensemble. Paradoxe éternel, l’humain exploiteur de cette terre d’abondance pour sa subsistance, tout en programmant sa propre perte. « La nature se suffit » disait le philosophe Hegel, les scientifiques d’aujourd’hui affirment qu’il suffira de 1000 ans sans nous, pour que la terre reprenne son souffle.


30.10.2021—27.02.2022
Encore + de toi
Carte blanche à Alexia Turlin dans l’espace d’accueil de la Ferme Asile de Sion
Avec des pièces de 42 artistes invité-e-s
Vernissage vendredi 29 octobre

A cette invitation, l’artiste genevoise et valaisanne d’adoption rassemble presque une centaine d’oeuvres de 42 artistes d’ici et d’ailleurs. Elle accroche cet ensemble de pièces qu’elle a minutieusement choisies sur une peinture murale de son cru avec la complicité de Claude-Hubert Tatot, historien de l’art avec qui elle collabore depuis presque 20 ans (Journal Start, Master Trans HEAD…).
Le tout rejoue les liens entre l’art culinaire de la Ferme Asile et son activité culturelle foisonnante. Dans un esprit de convivialité toute valaisanne. Alexia se plait à imaginer un public vivant avec de l’art le temps d’un repas.

Avec les pièces de Rima Ayache / Julien Babel / Fanny Balmer / Geneviève Capitanio / Simon de Castro / Heike Cavallo / Anaëlle Clot / Maëlle Cornut / Muriel Décaillet / Hadrien Dussoix / Pascale Favre / Laure Gonthier / Gaël Grivet / Robert Hofer / Tami Ichino / Christina Jonsson / Sofia Kouloukouri / Andreas Kressig / Jérôme Lagger / Eun Yeoung Lee / Olivier Lovey / Keiko Machida / Thomas Maisonnasse / Emmanuel Mottu / Alexandra Nurock / Laurence Piaget-Dubuis / Céline Peruzzo / Éric Philippoz / Camille Renault / Delphine Renault / Cathia Rocha / Thomas Schunke / Aline Seigne / Peter Stoffel / Claude-Hubert Tatot / Laura Thiong-Toye / Sabine Tholen / Diana Tipoia / Jessica Vaucher / Sabine Zaalene / Pierre-Alain Zuber / Pierre Zufferey


28.08—18.09.2021
D’où viens-tu?
Exposition du collectif ARISTIDE
Galerie Les Dilettantes, Sion
Vernissage vendredi 27 août dès 18h

Le collectif ARISTIDE se trouve pour la première fois en terres valaisannes. L’invitation de la galerie Les Dilettantes à Sion est à l’origine de ce nouveau projet. Un projet qui nous a emmenés en des lieux que nous ne soupçonnions pas.
L’exposition D’où viens-tu ? présente la publication Vent qui parle de cet élément impalpable et omniprésent. Un hors-série produit à six mains – une première pour nous. Une publication grand format, graphique et narrative, imprimée en blanc sur papier noir, bref, un projet dans lequel nous avons mis beaucoup de soin, d’amour et de passion ; l’élan Aristide en quelque sorte.

À l’occasion du vernissage de l’exposition, nous présenterons également le nouveau numéro de notre revue de dessin ARISTIDE. Faire pousser à manger est le thème de ce sixième numéro.


22.04—25.06.2021
Pour un herbier
Sept expositions printanières au CHUV
Exposition personnelle
Espace Mercerie, Lausanne
Une proposition de Karine Tissot, chargée du programme VU.CH, l’art à l’hôpital

Sans vernissage – Ouvert du mercredi au vendredi (sauf les 13 et 14 mai), de 14h à 18h
Rue Mercerie 22, 1003 Lausanne
Informations sur toutes les expositions sur vu.chuv.ch

Qui ne se réjouit pas du renouvellement printanier? Aujourd’hui, un bouquet de cinq artistes présentant sept expositions vous est proposé au CHUV pour célébrer le végétal, la nature, l’art et la médecine. Car la nature est une formidable source d’énergie qu’il convient de mettre à profit. Et l’humain et la nature peuvent ainsi prendre soin l’un de l’autre. Ces expositions sont nées de la volonté de mettre en lumière la présence cardinale des jardins thérapeutiques à l’hôpital. Comme celui en neuro-rééducation aiguë qui accueille depuis 2015 des patient.e.s sortant du coma ou celui de Prangins, qui améliore le traitement des patient.e.s en psychiatrie.


Samedi 20.03.2021
Jeux de couleurs
Atelier de création pour adultes
MCBA – Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne

L’artiste et graphiste Anaëlle Clot propose un atelier de création autour du paysage intérieur, en écho à l’exposition Maurice Denis. Amour. Aplats de couleurs éclatantes, simplification radicale des formes, abandon de la perspective, musicalité et poésie sont observés devant les œuvres avant le travail de création qui se déroule à l’atelier des publics.


30.10—29.11.2020
Willi Woo
Exposition collective
Espace Eeeeh!, Nyon
Une proposition d’Alexia Turlin

Alexia Turlin invite 37 artistes, soit un corpus d’une cinquantaine d’œuvres, à s’installer sur sa peinture murale dans la galerie municipale la Grenette à Nyon, 3 place du marché. Le collectif de l’Espace Eeeeh!, qui gère cet espace, propose depuis quelques années un programme d’art contemporain très dynamique. Les artistes invité-e-s par Alexia sont de la région, de Genève, de la Chaux-de-Fond, de Lausanne, du Valais et même de Copenhague. Willi Woo est une rafale de vent qui s’engouffre dans les canaux de Patagonie à 200 km/h. Accrochage par l’historien et artiste exposant Claude-Hubert Tatot.


Novembre 2020
L’amour s’écrit à la main
CRIC, collection du sac
N°4: Épistolaire
En collaboration avec Antón de Macedo

Imaginez un sac en papier, un peu comme le sachet surprise au kiosque du coin. L’amour s’écrit à la main est le quatrième de la collection «livre sac» éditée et produite par le CRIC – Centre de réflexions et d’informations critiques et imprimerie coopérative à Marly. A l’intérieur, un livret de poèmes à découvrir à l’aide d’une grille de lecture, un vrai timbre pour recevoir une carte de l’écrivain, des cartes postales illustrées et deux planches de vrais faux timbres.

Il est relativement aisé de constater à quel point les échanges épistolaires se font rares de nos jours. L’informatique et le téléphone portable sont à l’origine de ce bouleversement d’une pratique centenaire; la facilité matérielle, la rapidité, les volumes échangés et la gratuité de surface sont des arguments que l’on peut avancer.
Amoureux d’objets simples et de pratiques communes au plus grand nombre, nous ressentons un certain attachement envers l’objet lettre et ce qu’il représente: un message personnel, manuscrit, unique, qui a voyagé de manière quelque peu mystérieuse et dont la découverte dans la boîte postale produit toujours une agréable surprise.
C’est en partant du désir de partager l’affection que nous éprouvons pour cette pratique que nous avons pensé ce sac.


03—24.10.2020
Les Femmes 100 têtes
Exposition collective
Galerie Séries Rares, Carouge

Vernissage samedi 3 et dimanche 4 octobre de 11h à 17h

Artistes: Peggy Adam, Albertine, Aloys, Baladi, Adrienne Barman, Carmen Bayenet, Ben, Hannes Binder, Jean Marie Borgeaud, Anne Bory, Eric Buche, Anaëlle Clot, Hugues de Crousaz, Sonia Décaillet, Nathalie Desforges, Karima Duchamp, Axel Ernst, Isabelle Excoffier, Mireille Excoffier, Exem, Mirjana Farkas, Coco Fronsac, Jean-François Gallina, Catherine Grangier, Christian Humbert-Droz, Joëlle Isoz, Heidi Kailasvuori, Kalonji, Claudine Kasper, Willys Kezi, Monique Kozuchowski, Titane Lacroix, Joseph Lombardi, Cédric Marendaz, Marie-Laure Miazza, Alain Monney, Sarah Najjar, Chloé Peytermann, Poussin, Isabelle Pralong, Martine Rancarani, Philippe Reymondin, Béatrice Sassone, Pierre Schilling, Tina Schwizgebel-Wang, Costanza Solari, Caroline Sury, Patricia Terrapon, Tom Tirabosco, Simon Tschopp, Vamille, Sarah Vermot-Petit-Outhenin, Thanh Vu et Zep


Août 2020
Donner au petit le grand qu’il mérite
Neuf peintures murales
Édicule de Rumine, Lausanne
Ville de Lausanne

Avenue de Rumine, à côté de l’arrêt Églantine des bus n°9 et 12, direction Lausanne

Construit en 1913, l’édicule de Rumine est un élément fort du patrimoine lausannois. Grâce à la politique publique des édicules, l’édicule cumule deux fonctions: salle d’attente pour les usagers TL, et, depuis 2018, espace d’expression artistique, accueillant une œuvre culturelle éphémère.
Présidée par la Conseillère municipale, Natacha Litzistorf, une Commission ad hoc sélectionne, tous les deux ans et sur proposition de la Commission des arts plastiques, l’artiste qui pourra investir l’édicule de Rumine.

L’édicule de Rumine me fait penser à un champignon au milieu des arbres, de par sa forme, ses teintes et sa taille en comparaison à celle des immeubles environnants. La frise sculptée à l’entrée de celui-ci fait écho à mes compositions végétales et donne le ton en invitant à entrer. Ce lieu intemporel, de passage, est propice à ralentir et stimule l’imaginaire, comme si l’édicule avait été bâti pour abriter nos rêves. Il offre un temps pour soi, pour imaginer d’autres mondes, d’autres formes de vie, ou tout simplement reprendre son souffle.
Je me suis inspirée de cette notion d’échelle ainsi que de la forme organique de l’édicule pour créer une série de neuf peintures colorées, réalisées sur des fonds couleur sable de formats variés pour simuler de grandes feuilles de papier. Elles sont comme suspendues à un fil à la hauteur des fenêtres, laissant le blanc circuler librement autour d’elles. C’est une sorte de «cabinet de curiosités» qui présente un herbier imaginaire géant. Comme si le petit chardon séché que je tiens dans la main avait pris la taille de l’amour que je lui porte. Ces peintures deviennent ainsi des fenêtres sur de mystérieux paysages.


15.06—14.08.2020
Autodafé
Installation du collectif ARISTIDE
BCUL – Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne
Palais de Rumine

L’Histoire ne manque pas d’ironie… Initialement prévue en avril dans le cadre du Festival Histoire et Cité, cette installation est une réponse du collectif ARISTIDE à la thématique prévue par le Festival: la Peur!
Pour l’illustrer, les 3 artistes d’ARISTIDE ont choisi d’aborder l’autodafé, soit cette pratique issue de l’Inquisition et qui, plus largement, entend la destruction radicale dans les flammes. Si les bûchers d’hérétiques ou de sorcières rappellent les heures sombres de l’histoire humaine, les livres et les biens culturels ont de tout temps été supprimés par le feu. Des tablettes sumériennes aux bibliothèques irakiennes, l’autodafé de livres symbolise la destruction massive d’une pensée ou d’une culture.
A l’heure du numérique, l’heure n’est plus à l’élimination de livres mais à la surabondance de l’information. Chaque jour les bibliothèques sont confrontées à cette ambivalence entre conservation du patrimoine et acquisition perpétuelle, aussi bien des données physiques que numériques. Cette dichotomie entre suppression et inondation de l’information est au cœur de l’installation, incitant le public à réagir et à se positionner.


02—23.11.2019
Résonances de l’instant
Exposition en duo avec Ingrid Schmidt
Galerie Séries Rares, Carouge

La précision du dessin d’Anaëlle Clot fonctionne comme un leurre rassurant, alors même que tout un jeu vertigineux de déformations et de faux-fuyants ne cherche qu’à vous perdre dans une nature revisitée.
C’est ce même sentiment paradoxal de précision et de mouvance que l’on retrouve chez Ingrid Schmidt qui tisse dans ses bijoux un drôle de fil d’Ariane propre ici aussi à égarer le spectateur dans l’enchevêtrement de ses mondes.

Pour cette exposition, un dessin d’Anaëlle Clot sera tiré en sérigraphie sur les presses de Christian Humbert-Droz et en vente durant l’exposition.


13—16.09.2019
Le collectif ARISTIDE à BDFIL
Espace microédition
Forum de l’Hôtel de Ville, Lausanne

Vernissage de l’espace microédition samedi 14 septembre à 18h
Sortie de cinquième numéro de la revue ARISTIDE


20.07—22.09.2019
Constructions sauvages
Exposition collective
Espace culturel Assens

Vernissage samedi 20 juillet dès 17h

Artistes: Florence Aellen, Pierre Bonard, Anaëlle Clot, Simon de Castro, Simon Kroug, Sylvie Mermoud, Jérôme Stettler, Alexia Turlin


Juillet 2019
Rythmes
Peinture murale
Exposition collective en plein air
ArtiChoke Festival
Ville d’Estavayer-le-Lac

Inauguration du 5 au 7 juillet


25.06—28.09.2019
Les gardien·ne·s
Installation dans le potager
TO – Théâtre de l’Orangerie, Genève

Découvrez de petites œuvres «champignons» qui auraient poussé, ici et là, dans le potager foisonnant du Théâtre de l’Orangerie.


10-11-12.05.2019
Les nuits polaires
Exposition collective
Théâtre de la Tournelle, Orbe

Depuis 3 années, le KNUT, voilier de l’association MaréMotrice, sillonne les eaux arctiques de l’archipel du Svalbard et de la côte ouest du Groenland avec des artistes à son bord. Des musicien·nes, cinéastes, plasticien·nes, dessinateurs·trices, graveur·ses, photographes, performeur·ses, radiophonistes ou écrivain·es s’imprègnent de ces terres arides, des couleurs et des sons de la glace, de la lumière du jour permanent et de ces ambiances envoûtantes et hors temps qui font le Grand Nord. Ils et elles rendent le témoignage de ses rares habitant·es humain·es, des rennes, des morses, des baleines à bosses, des cochons sous-marins ou des crabes yeti. Durant un mois, le bateau est la maison, l’atelier et le moyen de transport.

Une dizaine de ces artistes voyageurs investissent les espaces du Théâtre de la Tournelle et présentent des travaux réalisés ou amorcés sur le KNUT. Au programme: spectacles, concerts, performances, exposition de dessins, photos, gravures, sculptures, constructions rocambolesques, films et écoute radiophonique sont au programme de ce week-end polaire.


Samedi 06.04.2019
Pictobello goes Fumetto – Live!
Dessin en direct
Exposition collective en plein air
Fumetto, festival international de BD, Lucerne

PictoBello est l’invité du festival de BD Fumetto et s’exporte à Lucerne!
Durant toute la journée du samedi 6 avril, 8 artistes suisses dessineront en direct et sur des panneaux géants dans les rues de Lucerne. Les œuvres resteront exposées durant toute la durée du festival, jusqu’au 14 avril 2019.
Une occasion unique de voir dessiner les artistes suivant·e·s: Anaëlle Clot, Mathias Forbach, Dario Forlin, Husmann-Tschaeni, Maurane Mazars, Barbara Meuli et Niklaus Rüegg.


31.03—05.05.2019
Svalbard
Exposition personnelle
Palais–Galerie, Neuchâtel
Printemps culturel

Vernissage le 30 mars à 17h
Exposition organisée dans le cadre du printemps culturel


06.03—13.04.2019
Habité
Exposition personnelle
Galerie Kissthedesign, Lausanne

Vernissage jeudi 28 février dès 18h30
+ Minikiss, Simon de Castro


06.03—13.04.2019
L’arbre, de la petite graine à la vieille branche
Espace des inventions, Lausanne

Vernissage le 16 novembre à 18h

Pour cette grande exposition qui ouvrira en novembre, l’Espace des inventions investit les deux étages du bâtiment de la Rotonde et vous invite à une balade interactive autour des arbres entre science, culture et société.

Pourquoi une exposition sur les arbres? Parce qu’un arbre…
… c’est vivant: ça naît, grandit, se nourrit, se reproduit et meurt.
… c’est utile: ça procure de l’ombre, assure de la fraîcheur, donne des fruits, abrite des animaux et filtre la pollution.
… ça inspire les artistes, les ingénieurs, les rêveurs… C’est pour ça que les trois artistes suisses Louiza, Anaëlle Clot et Albertine mettent leur talent à disposition et contribuent à la richesse de cette  exposition.
… Et en plus c’est vraiment très beau!


23.03—12.05.2019
Raisons d’être heureux
Exposition collective
Galerie La joie de voir
Théâtre Am Stram Gram, Genève

Vernissage le 24 mars

Artistes: Ainhoa Cayuso, Albertine, Albin Christen, Alexandra Bogucka, Ambre Verschaeve, Anaëlle Clot, Anne Bory, Carole Aufranc, Fanny Dreyer, Haydé, Isabelle Pralong, Jeanne Roualet, Jérémie Mercier, Julie Escoriza, Juliette Rechatin, Louise Hastings, Louise Mézel, Marie-Noëlle Horvath, Mirjana Farkas, Nicolas Clemente, Paloma Valdivia, Vamille, Victor Vuille, Virginie Demanneville, Yannis la Macchia


08—23.06.2018
De l’amour, des mots, des dessins
Exposition en duo avec Simon de Castro
Espace Eeeeh!, Nyon

Le vocabulaire amoureux est au centre du projet artistique d’Anaëlle Clot et Simon de Castro. Le couple s’est intéressé aux mots doux qu’ils s’échangent pour lier leurs pratiques à des thématiques divergentes. Loin des triviaux chouchou ou chéri(e), le duo a développé un langage propre, qui leur sert de point de départ à des associations d’idées plus profondes et totalement intuitives.
Quatorze mots, sept chacun, ont ainsi éclos de l’expérience automatique. Ces mots évoquent les processus actifs dans la relation, ils agissent comme le ciment de la création des deux artistes, ils l’articulent et la structurent.

Bien qu’ils collaborent depuis plusieurs années sur divers projets éditoriaux tels que la revue ARISTIDE, leur travail artistique n’avait pas encore emprunté la voie collective. Leurs œuvres respectives renvoient à des univers bien distincts. Quand Anaëlle Clot dessine une nature luxuriante et grouillante d’insectes, dont l’homme est absent, Simon de Castro se base sur l’architecture et la rationalité des constructions humaines. D’un côté la créativité débordante, l’urgence de l’artiste – graphiste; de l’autre la rigueur du dessinateur technique. Un dialogue s’instaure entre deux opposés que tout attire, avec des points de rencontre, notamment dans l’abstraction qui occupe une place de plus en plus prépondérante dans l’œuvre d’Anaëlle Clot. Peinture, dessin, matières et techniques se confrontent et se combinent. La conversation amoureuse dévoile une certaine dichotomie Nature / Culture, même s’il faut se garder d’intellectualiser un discours, que les deux artistes revendiquent instinctif avant tout. La courbe répond à la ligne, le végétal au bâti. Pour autant, il ne s’agit pas de comparaison frontale ou binaire, mais bien plus d’un échange dans le respect de l’Autre, de ses différences et de ses similitudes. La grille se déconstruit pendant que la flore s’organise. Il arrive même qu’une forme de mimétisme s’installe au point de compliquer l’attribution de certains dessins.
Texte: Corine Stübi


05.05—29.06.2018
H- hors-série du collectif ARISTIDE
15 artistes, 15 dessins sur le transhumanisme
Exposition à la Milkshake Agency, Genève

Vernissage le vendredi 4 mai dès 18h
Uta-Napish-Qui? performance d’Antón de Macedo
Vitrine évolutive et installation artistique de Julien Palmilha

Artistes: Alexia Turlin, Astus, Bastien Conus, Double Volcan, Fabien Page, Giroscope, Julien Palmilha, Léo Quiévreux, Malizia Moulin, Pierre Schilling, Popy Matigot, Romain Iannone, Ruppert et Mulot, Tenko, Varkoff


13.10—04.11.2017
Une longue journée d’un mois
Exposition collective
Halle Nord, Genève

Vernissage jeudi 12 octobre à 18h

Artistes: Gwennaël Bolomey, Anaëlle Clot, Laure Gonthier, Laurine Landry, Prosper Thon, Alexia Turlin

L’exposition collective Une longue journée d’un mois est une proposition de restitution d’une résidence de 30 jours au Spitzberg à bord du voilier de 16m, le Knut. L’association MaréMotrice, propriétaire du bateau et initiatrice du projet, invite des artistes à partager cette expérience de vie collective en haute mer et à transformer la vie à bord en laboratoire artistique flottant. L’engagement de chaque individu dans ce projet commun est total. On cuisine à tour de rôle, on met le pied à terre en équipe et accompagné d’un fusil, on fait des quarts si les icebergs issus des glaciers alentours sont trop importants, on se douche à la théière sur le pont, on navigue.


10.03—28.05.2017
Bruissement
Exposition personnelle
Théâtre du Crochetan, Monthey
Commissaire d’exposition Julia Hountou

Au sein des œuvres d’Anaëlle Clot, se déploient de foisonnantes forêts, de fascinants insectes et animaux dessinés avec une grande méticulosité. Ils s’entremêlent délicatement avant de se muer progressivement en une merveilleuse dentelle d’où naît un effet hypnotique, incitant à une expérience totalement immersive.
Julia Hountou